a

Aperiri vivendum has in. Eu fabellas deseruisse mea, hinc solum tractatos vim ad, ut quem voluptua nam. Ei graeci oblique perci.

Recent Posts

    Sorry, no posts matched your criteria.

La dépression

Qu’est-ce que la dépression ?

La dépression touche de nombreux Français. L’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) estime que 20% des Français en connaîtront une dans leur vie. C’est une maladie reconnue et prise en charge. Il faut premièrement consulter pour connaître le diagnostic, ce dernier étant parfois difficile à accepter. À chacun ensuite de décider d’une aide médicamenteuse, naturelle, d’un suivi psychologique ou bien de tout cela à la fois. La dépression n’a pas de classe sociale, pas de personnalité cible. Il ne s’agit pas non plus d’un simple laisser aller de la personne. Elle peut s’exprimer sous forme épisodique unique, répétitif ou s’installer dans une chronicité, on parle alors de dépression chronique ou de dysthymie.  

Il est d’usage de dire « quand on veut on peut ! ». Il faut bien comprendre l’aspect pathologique de la maladie, qui impacte la volonté, le dynamisme, la confiance en soi et bien d’autres choses auxquelles l’individu doit faire face. L’entourage peut se sentir démuni aussi. Le meilleur moyen de soutenir le malade, c’est de lui procurer une écoute attentive : sans proposer de solutions et se garder d’émettre un jugement.  Proposer des solutions c’est le plus souvent renvoyer la personne dépressive à son incapacité à agir dans le présent.

Quels sont les symptômes de la dépression ?

Les symptômes de la dépression sont multiples et affectent le plan affectif, physique et intellectuel.

Sur le plan affectif :

La tristesse est profonde et intense. La personne se sent submergée, ses émotions et ses réactions sont décuplées. Tout cela est accompagné d’une forte anxiété. Le discours intérieur est dévalorisant : la personne a l’impression d’être abandonnée, seule et inutile.

Sur le plan intellectuel :

La perte d’envie, de motivation, comme si le moteur était coupé. Ce qui faisait plaisir avant l’épisode dépressif ne procure plus aucun plaisir. Cela peut aller jusqu’à la perte du sens de la vie, de l’existence. Le risque suicidaire est à prendre au sérieux. Si vous connaissez quelqu’un qui évoque cette idée, ou si vous-même y pensez, appelez le 31 14. C’est le numéro national souffrance et prévention suicide.

Les pensées négatives envahissent le sujet qui pose un regard pessimiste sur tous les aspects de sa vie.

Il a une difficulté à se concentrer, émettre un avis, prendre une décision, l’esprit est brumeux et plus que morose.

Sur le plan physique :

La fatigue est intense et généralisée. Les mouvements plus lents, plus difficiles à réaliser.

Le sommeil est impacté et tend vers l’insomnie ou au contraire l’hypersomnie.

L’appétit est fortement diminué avec pour conséquence une perte de poids. Au contraire, il est accentué (fringales sucrées notamment) et amène à la prise de poids.

La libido ou l’appétit sexuel sont puissamment freinés, voire inexistants.

Quels sont les facteurs de la dépression ?

Les facteurs héréditaires : un enfant ayant des parents atteint de dépression a plus de chance d’en déclencher une au cours de sa vie.

La biologie : une anomalie au niveau des neurotransmetteurs (sérotonine ; dopamine…) qui jouent un rôle sur l’équilibre de l’humeur, la stabilité émotionnelle.

La sous-alimentation : elle entraîne des carences nutritionnelles néfastes au fonctionnement équilibré de l’organisme.  

Un ou des évènements traumatisants : la perte d’un proche ; une séparation ; la perte d’emploi ; une situation financière difficile, la maladie…

Certaines périodes de la vie ou de l’année : le changement de saison, les déménagements, la maternité, la paternité, le post-partum, le passage à la retraite…

Comment guérir de la dépression ?

Il serait mensonger de prétendre pouvoir guérir la dépression d’une seule manière. Il y a une dépression pour chaque personne et donc une guérison pour chacun. La compréhension de la cause de cette maladie est capitale. En effet, traiter les symptômes de la maladie relève du bon sens, mais traiter la source relève de l’évidence cette fois. Consulter un psychologue ou un psychiatre est très intéressant pour cela. Le professionnel de la santé mentale est extérieur et neutre à la problématique. Il écoute sans émettre de jugement, cela permet de s’exprimer dans un cadre protégé, de vider ses ressentis et d’exposer ses blessures. Cette démarche permet de s’éloigner de tendances auto-destructrices et d’acquérir une vision claire des causes de la dépression en question. À savoir aussi : plus la prise en charge est précoce, plus elle est synonyme de guérison. En effet, après deux dépressions, le risque de déclencher une troisième dépression s’accroit.

Si vous suivez un traitement médicamenteux, prenez garde aux compléments alimentaires ainsi qu’à la phytothérapie car beaucoup de plantes qui favorisent le bien-être émotionnel sont incompatibles avec celui-ci. On peut citer le rhodiola, le safran, le millepertuis et bien d’autres. Les Fleurs de Bach en revanche sont très intéressantes pour travailler en profondeur sur l’émotion déséquilibrée (le Complexe de secours ou Rescue en anglais en particulier) et n’interfèrent avec aucun traitement médicamenteux.

Si vous envisagez une prise en charge naturelle de votre dépression (tout à fait possible), parlez-en à votre médecin généraliste en premier lieu. Consultez ensuite un professionnel en mesure de vous apporter les bonnes informations : votre pharmacien ; naturopathe ; médecin homéopathe ; phytothérapeute….

Pour celles et ceux qui lisent cet article et qui sont en dépression, je vous souhaite tout le courage du monde et je suis sûre que vous pourrez vous relever.