a

Aperiri vivendum has in. Eu fabellas deseruisse mea, hinc solum tractatos vim ad, ut quem voluptua nam. Ei graeci oblique perci.

Recent Posts

    Sorry, no posts matched your criteria.

L’ashwagandha et ses bienfaits

Qu’est-ce que l’ashwagandha ?

L’ashwagandha, withamia somnifera, appartient à la famille des solanacées. C’est un petit arbrisseau de 40 à 50 cm de hauteur qui affectionne l’exposition au soleil et les sols sableux. De ses racines on tire ses propriétés si appréciées depuis des millénaires en médecine ayurvédique. En langue sacrée Sanskrit, l’ashwagandha est qualifiée de « rasayana » ce qui signifie « qui régénère et rajeunit ». C’est une plante que l’on connaît aussi sous le nom de « ginseng indien », en raison des similitudes entre ces deux plantes adaptogènes. En Inde, elle est principalement utilisée en pour ses vertus tonifiantes, stimulantes et équilibrantes de la sphère nerveuse.

Pourquoi l’ashwagandha permet-il de s’apaiser ?

Les propriétés relaxantes et anti-stress de la plante sont surtout expliquées par sa teneur en lactones stéroïdales, alcaloïdes pyrazoliques et en withaférine. Cette dernière est un principe actif qui détermine pour une grande partie l’efficacité de l’ashwagandha. Il est donc intéressant de se procurer un ashwagandha avec un dosage élevé en withaférine notamment si vous consommez cette plante pour ses vertus apaisantes. D’autres composants expliquent également son impact positif sur les troubles de l’humeur : les Omégas 3 et le tryptophane. Les Omégas 3 sont des acides gras essentiels. Le tryptophane est pour sa part un acide aminé essentiel. Ils sont qualifiés « d’essentiels » car le corps ne peut pas les produire et doit obligatoirement les obtenir par l’alimentation. Or ce sont des nutriments que nous sommes nombreux à ne pas consommer suffisamment dans l’alimentation.

Grâce à l’ensemble de ces principes actifs l’ashwagandha est une plante naturellement anxiolytique.

Quelles sont les autres propriétés de l’ashwagandha ?

La plante est aussi utilisée pour lutter contre les grandes fatigues, comme l’utilise traditionnellement la pharmacopée ayurvédique. Elle lutte contre les inflammations articulaires grâce à sa teneur en solasodine. Il est dans ce cas intéressant de l’associer au Boswellia Serrata qui est aussi une plante ayurvédique anti-inflammatoire. Avec sa forte teneur en catéchine et kaempferol, deux flavonoïdes, l’ashwagandha peut aussi se vanter d’être un très bon anti-oxydant. L’apaisement général que permet la plante impacte positivement le sommeil. Il est facilité et plus réparateur, son nom latin évoque d’ailleurs cette qualité « withamia somnifera ».

Son large spectre d’action classe l’ashwagandha parmi les plantes adaptogènes au même titre que le Rodhiola, le Millepertuis, le Ginseng et bien d’autres encore. Elles sont désignées sous ce terme car elles permettent toutes à l’organisme de s’adapter aux agressions extérieures : stress, pollution, radicaux libres…  

Comment consommer l’ashwagandha ?

Réduite en poudre, la racine séchée de l’ashwagandha est ensuite vendue directement sous cette forme ou bien en gélules. Les gélules sont moins biodisponibles car le corps doit les détruire pour espérer assimiler les principes actifs de la racine. En termes de qualité, il est indispensable de choisir une production biologique, car les racines captent les pesticides lorsqu’elles y sont exposées. Comme énoncé plus haut, c’est le dosage en withaférine qu’il faut regarder pour s’assurer d’une bonne efficacité. C’est à partir de 5% en withaférine que vous profiterez pleinement de ses bienfaits.  Enfin en herboristerie, il est possible de trouver directement les racines. C’est aussi une forme intéressante puisqu’elle n’a pas subit d’opérations. Vous consommerez la racine sous forme de décoction : soit 10g de racine pour 500ml d’eau bouillante.

Quelles sont les contre-indications ?

La consommation d’ashwagandha n’est pas compatible avec la prise d’anti-dépresseur. De manière générale quelque soit le traitement en cours, il est indispensable de consulter votre médecin traitant avant de commencer une cure. Les femmes enceintes et allaitantes doivent aussi consulter un avis médical avant d’envisager une éventuelle prise.